07/05/2006

cas du mois 18 : mai 2006

Cas du mois n° 18 : Mai 2006
 
Cas présenté par Dr Hervé AUQUIER, médecin du sport à Medical33, 1200 Bruxelles
  Muscle soléaire accessoire
 
Présentation du cas.
Un tennisman de 33 ans présente une douleur chronique de la face postérieure de la cheville. La douleur survient  pendant l'effort et s'accentue en rapport direct avec la durée et l'intensité de celui-ci. Il n'y a pas de notion de traumatisme récent ou ancien.

    Examen clinique.

L'examen clinique révèle une cheville stable et indolore. On note une tuméfaction dans la région rétro malléolaire  interne qui apparaît lors de la flexion dorsale passive de la cheville et se réduit en flexion plantaire. Le testing du  jambier postérieur et du fléchisseur propre du 1° orteil sont sans particularité. L'examen du tendon d'Achille révèle  une sensibilté du 1/3 inférieur de son bord interne. Il n'y a aucun signe de rupture du tendon.

    Examens complémentaires.

L'échographie précise la présence d'une structure musculaire surnuméraire. Le tendon d'Achille est normal. L'IRM confirme la présence d'un muscle soléaire accessoire.

    
     Clichés tirés du site du centre d'imagerie de la clinique Bordeaux-Merignac.



          
        RMN : Cheville gauche (cliché de droite) présence d'une grosse masse postérieure
        à comparé avec le cliché de gauche.




    Traitement.

Une exérèse chirurgicale du soléaire accessoire est décidée. Après trois mois, le patient a repris le tennis au même  niveau sans la moindre douleur.

    Discussion.

Les muscles accessoires de la cheville sont de fréquence variable. Outre le soléaire accessoire qui a une fréquence de 6%, on retrouve également le peronéus quartus et le flexor digitorum accessorius longus.

Le soléaire accessoire se situe en général en avant du soléaire normal. Son insertion distale se situe à la face interne du calcanéum.
 
La présence d'une masse charnue en rétromalléolaire interne dont le volume varie en fonction de la flexion plantaire (disparition) et de la flexion dorsale (apparition) doit faire évoquer la présence d'un soléaire accessoire.

Les phénomènes douloureux entraînés par la présence du soléaire accessoire peuvent être expliqués soit par une compression des structures rétro malléolaires internes et notamment du nerf tibial postérieur, soit pas un véritable syndrome des loges local.

En dehors de la masse musculaire, l'examen clinique est pauvre. L'examen de la tibio-astragalienne est normal. Le tendon d'Achille ne présente aucune anomalie.

Le diagnostic différentiel doit être posé avec les tendinopathies rétromalléolaires internes : tendinites, syndromes fissuraires des tendons jambier postérieur, fléchisseur propre de l'hallux et fléchisseur commun des orteil. Il ne sont pas accompagné d'une telle masse, et leur testing analytique révèle leur souffrance. Les pathologies du tendon  d'Achille doivent également être exclues. Voir tetsing de la cheville.
 Les lésions de la queue de l'astragale devront être exclues. l'absence de masse, la douleur vive créée lors de la  flexion plantaire brutale du pied, la douleur provoquée par la palpation de la queue de l'astragale sont des signes évocateurs.

Le seul traitement valable est une exérèse du soléaire accessoire. On ne peut espérer aucune amélioration d'un traitement conservateur quel qu'il soit

22:05 Écrit par m33 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.