11/12/2005

 

Retrouvez les anciens "cas-du-mois" sur
 
www.medecinedusport.be

12:39 Écrit par m33 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Présentation du cas n°14

Cas du mois n°14  : Décembre 2005
  

 Cas présenté par Magali MARTINET, étudiante en kinésithérapie (ISEK - Bruxelles) et Dr Hervé AUQUIER, médecin du sport à Medical33 (1200 - Bruxelles).
 
 
   Hémangiome huméral

  Présentation du cas.
  Une étudiante de 23 ans présente une douleur de faible intensité  de l'épaule gauche depuis plus de 
   six ans. 
La douleur semble rythmée à l'effort. Une radiographie est réalisée à l'époque qui ne révèle

   rien. Un traitement antalgique est prescrit, sans succès.

    Examen clinique.

   L'examen de l'épaule ne montre pas d'amyotrophie. Les amplitudes de la gléno-humérale sont 
     normales en passif comme en actif. Le testing de la coiffe des rotateurs est normal. Il n'y a pas d'insta-
     bilté gléno-humérale. L'examen du rachis cervical est normal. Il n'y a aucun trouble neurologique au
     niveau de la ceinture scapulaire ni du membre supérieur.

    Examens complémentaires.  

    Une radiographie standard n'a rien objectivé. Une échographie a décelé une masse hétérogène dans la 
       masse du deltoïde et la tête humérale. Le bilan a logiquement été complété par
une résonance magné-
       tique. Le diagnostic d'hémangiome est posé sur base des images RMN.
   

   






    RMN rehaussée au gadolinium  montre une masse hétérogène entreprenant le deltoïde
    et une grosse partie de la tête humérale. Le diagnostic d'hémangiome est posé.
   Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

    Traitement.

  Une résection chirurgicale est décidée. Dans un premier temps, il est procédé à l'exérèse de la tumeur.
   Le trochiter est réséqué ainsi qu'une partie de la tête humérale. La coiffe des rotateurs est réinsérée
   plus haut. La masse dans le deltoïde est également réséquée. Après trois mois, il est procédé à la mise 
   en place d'un greffon osseux dans la cavité laissée au niveau de la tête humérale. Le greffon est prélevé
   au niveau de la crête iliaque. (images de l'intervention sur www.medecinedusport.be)

  
     

    



   



 Scanner après greffe osseuse. Notez le greffon dans la portion externe de la tête.
 Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

   


     Discussion.

 
L'hémangiome osseux représente 1% des tumeurs osseuses primitives. Il touche plus souvent 
   l'adulte. Il est généralement situé au niveau des os long. La tumeur est exceptionnellement
plurifocale. 
   Bien que bénin, il induit parfois des délabrements osseux importants. Certaines formes sont plutôt 
    ostéocondensantes. L'hémangiome peut s'étendre aux tissus mous adjacent comme l'illustre notre cas
    au niveau du deltoïde.

   Sur le plan histologique, il s'agit précisément d'un hémangiome épithélioïde. Seule l'anatomopathologie
    permet de le distinguer d'autres tumeurs vasculaires et notamment de l'hémangio-endothéliome épithé-
    lioïde qui est potentiellement malin, sa forme la plus aggressive étant l'angiosarcome épithélioïde.

   O'Connel et Rosenberg rapportent douze cas cliniques d'hémangiomes osseux. Un seul cas était multi-
   focal. 6 ont été réséqués, 4 curetés, deux cas ont été traités par radiothérapie et un cas n'a subit aucun
   traitement. L'évolution fut favorable dans tous les cas. il n'a pas été observé de récidive dans les cas
   réséqués.

  Le diagnostic différentiel doit être posé avec les autres tumeurs osseuses bénignes ou malignes. Pour 
  ce faire nous vous invitons à consulter les liens ci-dessous rapportant des descriptions claires et 
  précises de ces tumeurs. 

 
Toute la difficulté de ce cas est dû au fait que  l'examen clinique est très peu contributif et la
 radiographie standard faussement rassurante, ce qui conduit à banaliser les plaintes.

 Classifications des tumeurs vasculaires primitives osseuses :

. Hémangiome
. Lymphangiome et lymphangiomatose
. Angiomatose kystique
. Hémangioendothéliome épithélioïde
. Angiosarcome
. Hémangiopéricytome
. Sarcome de Kaposi
    

    En savoir plus.


      sur la toile :

      Tumeurs osseuse bénignes et lésions pseudo tumorales.
              S. CHAGNON, O. BARRE, S QANADLI, P. LACOMBE Hôpital Ambroise Paré - Paris.





          Les tumeurs osseuses.
             
A. d'ANDON, G.VASSAL, O.HARTMANN, O.OBERLIN.

        
Les tumeurs osseuses primitives.
              P. MERLOZ.

          Les tumeurs osseuses secondaires.
              J.P. VUILLEZ.










12:39 Écrit par m33 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |